CONSERVATOIRE DE MUSIQUE ET D’ART DRAMATIQUE

MEYZIEU

Opération : Construction du conservatoire de musique et d’art dramatique de Meyzieu
Programme : Auditorium de 200 places, salles de formation musicale et d’enseigement dramatique, espaces d’accueil et administrations
Maîtrise d'oeuvre : PARC Architectes (Mandataire) — Batiserf Ingénieries (Structure) — Nicolas Ingénieries (Fluides & Environnement) — Atelier FCS (Scénographie) — Peutz & Associés (Acoustique) — Praxys (Paysage) — Axe Ingéniérie (OPC) — BMF (Economiste)
Maîtrise d'ouvrage : Ville de Meyzieu
Phase: Avant-projet définitif (APD)

UN TEMPS D'ARRET

Le conservatoire de musique et d’art dramatique de Meyzieu s’installe dans le paysage du Grand Lyon comme un monolithe soulevé sur ses quatre angles. C’est un grand écran minéral tendu sur soixante-dix mètres qui institue un parvis devant l’arrêt du tramway. A la fois massif et léger, le projet prend place entre le sol et le ciel et joue avec le soleil. Sous le soulèvement de sa façade nord, une transparence laisse entrevoir un patio lumineux et un jardin en second plan. C’est une invitation à franchir les portes du conservatoire, un désir de découvrir son cœur dont la mise en scène sur la place de la gare de Meyzieu suggère l’intensité par la lumière. Avec cette figure entêtante comme un refrain, c’est la première pierre d’un pôle culturel dédié à la musique qui se dessine. A l’avenir, le conservatoire pourrait étendre son rayonnement au département et même à la région en proposant des enseignements de théâtre et de danse.

 

UNE COUR OUVERTE SUR LE CIEL

Le projet est un volume minéral qui assure la qualité acoustique de l’équipement. La masse isole les salles des bruits extérieurs et protège en retour le voisinage. L’édifice prend place sur un parvis en béton sablé ponctué d’arbres. Il est comme un bosquet au sein duquel se trouve une clairière.

La façade du conservatoire étant orientée au nord, c’est par un patio que le soleil entre au cœur du bâtiment pour former une cour protégée du bruit de la rue. Ouverte au ciel, la cour constitue un lieu privilégié pour se rencontrer, se retrouver, échanger, attendre ou organiser des spectacles.

Le parcours autour du vide central distribue l’ensemble du conservatoire. L’auditorium est positionné à l’angle saillant du bâtiment, la salle de musique contemporaine est située en face du parvis, l’administration se trouve dans l’axe médian et à l’étage se répartissent les salles de travail et l’espace de convivialité. La cour du conservatoire découpe un morceau du ciel Majolan pour en faire un lieu unique dans la vie culturelle communale.

UNE ATMOSPHERE DE LUMIERE

La lumière est la matière essentielle du projet architectural. Le parvis étant en contre-jour, la lumière se glisse sous la façade. Elle traverse également le grand voile de béton par des trous qui affichent le nom du conservatoire. Le soleil qui entre au cœur de l’édifice par la découpe du toit projette sur la place un disque de lumière.  Lorsque l’on passe sous l’arche d’entrée, on pénètre dans la clarté du patio. Le regard embrasse l’organisation du conservatoire et s’échappe par transparence jusqu’au jardin au sud. On circule ensuite devant l’accueil autour de la cour et l’on grimpe avec un escalier en colimaçon à l’étage où se trouvent les salles de travail. Conçues pour favoriser la concentration, ces salles sont éclairées en partie haute par une lumière douce du nord. Toutes les circulations sont baignées de lumière naturelle. Le soir c’est la lumière intérieure qui souligne les courbes du conservatoire. Le lettrage dans le voile de béton s’éclaire. Le bar et le patio s’illuminent et annoncent le spectacle à venir. La pointe de l’angle entre la rue de la Gare et la rue Lebrun se révèle.

La vie du bâtiment est rythmée par les oscillations entre les lumières du ciel et des spectacles.

  • Gris LinkedIn Icône
  • Gris Twitter Icon
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon

©Parc Architectes 2018 - Tous droits réservés