MAISON DE L'EGYPTE

PARIS - CITE INTERNATIONALE UNIVERSITAIRE

Opération: Cité Internationale Universitaire de Paris - Construction de la maison d’Égypte

Programme: Résidence étudiante, 
Maîtrise d'œuvre: Parc architectes (Mandataire) – Z-Ds (Architecte) – EDEIS (TCE) – Praxys (Paysage) – ZEFCO (Environnement) – ACV (Acoustique) – BMF (Économiste)
Maîtrise d'ouvrage: Association maison d’Égypte
Phase: Concours 2019

UN SITE D’EXCEPTION

Le site de la maison de l’Égypte est exceptionnel. Positionnée dans la cité universitaire et au bord du boulevard périphérique, la résidence profitera, comme rarement à Paris, d’une vue dégagée sur un parc et sur un panorama orienté plein sud.
Le projet exploite au maximum cette singularité du lieu avec sa forme triangulaire. Il minimise la surface de façade exposée au bruit du périphérique et maximise son ouverture du côté des vues dégagées au-dessus du périphérique et vers le soleil.

 

DES PLATEAUX PAYSAGES

Le bâtiment est conçu comme la superposition de plateaux de paysages. Les étudiants venus d’Égypte y découvriront des perspectives insolites sur Paris. Les plateaux proposent différentes situations au fur et à mesure que l’on monte dans les étages. Au rez-de-chaussée et au premier étage, on profite des jardins. Le hall et la grande salle s’ouvrent sous le hêtre pourpre. Le foyer des élèves donne sur le jardin ouest. A partir du troisième étage, les cuisines offrent un lieu de retrouvailles autonome et suspendu dans la corolle du grand arbre et au-dessus du périphérique. Au quatrième et au cinquième étage, une loggia à l’ouest permet d’avoir une situation extérieure au soleil du soir.

Chaque studio possède une large baie vitrée. A l’intérieur, l’organisation est librement aménageable grâce à un jeu de casiers déplaçables pouvant servir de rangement, d’assise ou d’étagère.

 

LE SOLEIL

La lumière et la présence du soleil sera un des facteurs qui changera le plus le quotidien des étudiants Égyptiens. Les circulations ont été particulièrement travaillées pour que la lumière se glisse au cœur du bâtiment. Trois escaliers s’enroulent à la manière de « Chambord » pour desservir tous les étages. Au sommet des escaliers, une verrière laisse pénétrer les rayons du soleil. L’un des trois est vitré pour permettre à la lumière de se diffuser. Chaque couloir s’ouvre vers l’extérieur.
Pour moduler leur relation à la lumière et au soleil, les locataires pourront ajuster l’ambiance lumineuse de leur studio grâce un volet roulant en lames de bois peintes en bleu. Ce bleu a été choisi comme une couleur intégrée à la culture Égyptienne. En effet, les anciens égyptiens sont considérés comme les inventeurs de cette couleur. Ce sont les premiers à avoir réussi à la produire et à la maîtriser pour fabriquer des objets, des décorations et des œuvres d’art. Le bleu fait également écho au ciel et à l’eau mettant ainsi en exergue la façade largement vitrée et sa relation climatique à l’atmosphère.

UN MYSTERE

La maison de l’Égypte est un bâtiment intriguant. Positionnée au bord du périphérique cette installation, à la fois singulière, technique et acclimatée répond aux bâtiments voisins, à la nouvelle résidence pour chercheurs, à la maison de la fondation Avicenne ou à de la maison de la Corée... Sa forme à base triangulaire crée un trouble dans la perception de ses façades qui s’affichent comme de grands écrans sur le périphérique et sur le parc de la cité universitaire. Ses volets lui confèrent un aspect changeant en fonction du soleil, des saisons et des usages. Enfin la complexité interne de son plan, de ses escaliers et de ses appendices fonctionnels rappelle les systèmes d’accès aux chambres cachées dans les pyramides.
L’architecture de la maison de l’Égypte affirmera dans Paris une position à la fois ancestrale et pleinement contemporaine.

  • Gris LinkedIn Icône
  • Gris Twitter Icon
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon

©Parc Architectes 2018 - Tous droits réservés